Rumî, considère celui qui a besoin d’aide comme quelqu’un qui est sur un isthme entre deux rives. Le travail du thérapeute est de le pousser vers la rive de la lumière afin qu’il trouve lui même la voie de sa guérison.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *