La volonté et le positivisme n’y fond rien. Ceux qui y attribuent leur réussite, se trompent. Ils n’ont pas réussi de la volonté de réussir mais d’avoir chassé la pensée de ne pas réussir. Notre mental cristallise dans l’évènement le plus fort de la pensée.

J’ai peur de ne pas réussir est souvent prédominant. Cette image va donc se refléter dans le miroir de l’existence.  Mondainement, celui qui réussit est celui qui a atteint son objectif. C’est cela que nous cherchons tous à obtenir : atteindre notre objectif. Sans objectif, pas de réussite.

Alors, savons-nous quel est notre objectif ?  l’avons-nous identifié ?

Notre mental conditionné d’occidental, identifie automatiquement un objectif mondain, un statut social, un faire. L’homo-sapiens ne projette que l’ homo-faber. Poussé à l’extrême il nous fera tomber dans la performance. La performance, ce statut de confusion qui ne nous tient debout que par la vision de l’autre.

« Construire sa vie sur le regard de l’autre, c’est comme construire sa maison sur des sables mouvants » Enseignement du Bouddha

« Lorsque l’on cesse de de se comparer, on devient qui l’on est »

Pour s’extraire du mondain, Il faudra laisser la place à l’homo-inspiratus.

L’inspiration se traduit par la créativité, celle-ci nous fera exécuter dans la matière quelque chose d’unique qui induira une réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *