Enseignement du Bouddha

La première noble vérité est celle de dukkha, la souffrance. Elle enseigne que l’existence conditionnée, l’existence telle que nous la connaissons, est souffrance : la naissance est souffrance, la vieillesse est souffrance, la maladie est souffrance, la mort est souffrance, « être uni à ce que l’on n’aime pas est souffrance, être séparé de ce que l’on aime est souffrance » – et, finalement, les cinq agrégats d’attachement (à savoir la forme, la sensation, la perception, la volonté et la conscience) sont souffrance. Ce terme de souffrance est aussi utilement traduit par insatisfaction, puisqu’il désigne bien au-delà de la douleur physique.

La deuxième noble vérité est celle de l’origine de la souffrance (samudaya). C’est la soif et l’ignorance qui engendrent les trois racines de la souffrance : la convoitise, la haine et l’erreur ; tout acte (de l’esprit, du corps ou de la parole), bon ou mauvais produit un fruit (phala) positif ou négatif pour son auteur.

La troisième noble vérité est celle de la cessation de la souffrance (nirodha).

Elle énonce qu’il y a une cessation de la soif. Cette fin des peines est le nirvāna.

La quatrième noble vérité est celle du chemin menant à la cessation de la souffrance (magga). Ce chemin est le « noble sentier octuple » ou « sainte voie aux huit membres:

  • opinion correcte
  • intention correcte
  • parole correcte
  • activité corporelle correcte
  • moyens d’existence corrects
  • effort correct
  • attention correcte
  • concentration mentale correcte

ce chemin permet d’atteindre le nirvana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *