J’ai découvert dans un reportage sur le thé Pu Erh, une chose extraordinaire.

La voici :

Dans le Yu Nan se cultive une variété de thé endémique le thé Pu Erh. La saveur particulière de ce thé, en a fait un objet de convoitise idéal.

Le process banal du désir mondain : j’ai le pouvoir de posséder quelque chose de rare, je suis donc rare moi-même, a fait qu’une population financièrement bien pourvue, avide de sensations, s’est entichée, tel le papillon sur la flamme, de ce breuvage. Le prix de ce thé a ainsi augmenté de façon soudaine et rapide, atteignant parfois 43000€ le kg !

Les paysans se sont donc transformés et devenus riches eux même.

Hier pauvrissimes, ce matin richissimes, quittant la mule pour le 4×4, la cabane en tôles rouillées pour la maison en béton, trois étages !

La transformation ne s’est pas arrêtée là. Ce succès s’est accompagné de l’inévitable : les théiers sauvages, millénairement présents et naturellement disponibles ont été entourés de barbelés et sont gardés en permanence pour éviter le vol et les dégradations. Les touristes affluent afin de voir comment c’est fait d’être riche, percevoir un peu de la réussite des autres, en prendre quelques miettes. Un ami me disait souvent : « Ne te moque pas des riches, on ne sait pas ce qui peut arriver» Gouhier Denis

Bientôt les parasites de toutes sortes vont affluer, attirés eux même par la lumière, avec leurs cohortes de bus, de tours opérateurs, d’hôtels, leurs légions de touristes. Pour cela il faudra construire des routes, une autoroute, un aéroport…

Cette pression inadéquate, immanquablement fera disparaitre les conditions naturelles de vie des théiers, induisant en quelques années, dix au plus, la mort de la richesse des paysans et par conséquent celle des consommateurs. Les premiers devenant des derniers, partiront exercer leur pouvoir ailleurs, se brûler les ailes sur une autre flamme, jusqu’à extinction.

Fulgurance, s’il en est. Un laboratoire de l’expérience capitaliste en accéléré, dont nous devrions tirer un enseignement. Dix ans pour nous montrer la fin…

What else ?

2 thoughts on “Laboratoire”

  1. Bonjour, je suis la fille de MR Gouhier Denis, que vous avez connu visiblement.si mon père était votre ami, il aurait été heureux de votre réussite 😊.
    Mme Gouhier Laurence

  2. Bonjour
    L homme que vous citez Denis Gouhier , était il auvergnat ? Je pense que c est mon père , j avoue être assez émue car je reconnais bien là son humour
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *