Beaucoup d’entre nous souhaitent « aider » ceux qu’ils rencontrent, côtoient. Souvent, l’émotion nous guide et nous positionne en donneur, d’avis, de conseils, de leçons, d’explications, d’amour. Nous croyons, du haut de notre position, connaitre ce dont les gens à qui nous nous adressons, ont besoin. Pensons-nous être capable, sans nous tromper, de déceler du personnage en face, compte tenu de son histoire, de ses souffrances, que nous ne connaissons pas, ce dont il rêve à l’instant?
Cherchons nous à le transformer en ce que nous pensons qu’il devrait être, savons qui il est? Toutes ces inconnues ne permettent pas d’envisager une réponse adéquate.

Alors, pragmatiquement, nous devrions lui demander ce qu’il veut, et lui donner si nous le pouvons.

Observons, réfléchissons :
Que peut il arriver de mieux à un pauvre? Rencontrer un riche qui partage.
Que peut il arriver de mieux à un ignorant? Rencontrer un enseignant qui lui enseigne
Que peut il arriver de mieux à un malade? Rencontrer un guérisseur

Ne pas chercher à ce mettre à la « hauteur » de…

Un pauvre ne reçoit pas de richesse d’un pauvre, un ignorant n’apprend rien d’un ignorant, un malade ne guérit pas d’un malade…

Soyons riche pour pouvoir partager
Soyons clair pour pouvoir clarifier
Soyons en bonne santé pour pouvoir soigner

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *